La vie de freelance est une vie de flexibilité, d’autonomie et de liberté retrouvée. Adieu les managers tyranniques ! Le rêve ! Enfin sur le papier. Parce que dans la vraie vie, derrière les fantasmes, il y a les doutes, les peurs et la crainte de ne pas être à la hauteur… Le syndrome de l’imposteur ça vous parle ? Ce fléau touche tous les entrepreneur·es au moins une fois dans leur nouvelle vie professionnelle. Certains sont plus touchés que d’autres, allant jusqu’à l’auto sabotage… Aujourd’hui, voyons ensemble comment surmonter le syndrome de l’imposteur quand on est freelance et éviter d’être paralysé dans le développement de son entreprise.

Les causes du syndrome de l’imposteur

Le perfectionnisme

Faites-vous partie de ces solopreneur·es qui ne savent pas s’arrêter ?

Ceux et celles qui repassent 2, 3 voire 10 fois sur leur travail. « Juste une dernière fois » pour corriger « une dernière chose » avant la livraison ?

Pas de doute : vous souffrez du syndrome de l’imposteur.

Les symptômes ? Peur de ne pas être à la hauteur, crainte d’être critiqué·e et qu’on se rende compte que vous êtes une personne incompétente !

Résultat, vous passez 4 jours de travail sur une mission qui vous en demande 2 jours. Bien sûr, votre client est ravi. Mais, vous, vous ressortez perdante :

  • vous n’êtes pas rentable
  • vous êtes épuisée

Ce perfectionnisme part d’un bon sentiment : vous souhaitez offrir une expérience d’excellence à votre clientèle. Vous cherchez toujours à vous améliorer, vous, vos process, vos livrables pour atteindre une satisfaction client 5 étoiles.

Mais, vous cherchez à créer l’impossible : la perfection.

Cette manifestation du syndrome de l’imposteur est la plus fréquente chez les indépendants.

Les solopreneur·es hésitent avant de livrer leur clientèle ou terminer un projet. Ils procrastinent en peaufinant des éléments qui apportent peu de résultats et une grosse perte de temps.

Vous avez une peur bleue de la critique et de ne pas être à la hauteur des attentes de votre clientèle. Cela va même jusqu’à refuser des projets qui vous emballent, mais que vous jugez hors de votre portée !

Vous vous reconnaissez ?

Surmonter le syndrome de l’imposteur quand on est freelance, c’est accepter que donner le meilleur de soi dans chacune des collaborations c’est déjà une expérience d’excellence pour sa clientèle.

Le manque de confiance en soi

Je sais que cela est difficile à entendre pour beaucoup d’entre vous. Je le constate aussi chez mes clientes.

Je vous entends :

« Une expérience d’excellence juste en étant moi et en faisant de mon mieux ? Non, il y a un secret pour créer mieux ! »

Et pourtant, si : vous suffisez. Oh, bien sûr, vous pouvez toujours ajouter des attentions pour votre clientèle, préparer un onboarding et un offboarding carré.

Mais vous l’avez remarqué depuis vos débuts de votre vie d’indépendant·e : vos clients vous choisissent pour vous. Une bonne collaboration quand on est freelance, c’est une association de personnalités qui fonctionne !

Pour surmonter le syndrome de l’imposteur, je travaille avec mes clientes sur leur confiance en elles, je les aide à retrouver leur sécurité intérieure en les aidant à comprendre le fonctionnement de leur système nerveux autonome.

Ce manque de confiance est la source de nombreux blocages dans leur vie professionnelle. La vôtre également ? Ce n’est pas une fatalité ! Commencez par comprendre ce contre quoi vous vous battez : mettez des mots sur ces émotions, sur ces obstacles et aprennez à réguler votre nerf vague.

Et si vous préférez être accompagnée pour le faire, j’offre une séance découverte gratuite de 45 min. Réservez votre séance ici.

La comparaison toxique

La comparaison toxique alimente le manque de confiance en soi.

Surtout quand on est solopreneur·e ou indépendant·e !

Rien de plus simple que d’observer la concurrence aujourd’hui. Et d’estimer que tout le monde réussit mieux que soi. Vous avez l’impression que tout le monde a compris les rouages de l’entrepreneuriat… sauf vous.

Et vous vous laissez emporter dans des schémas de pensées néfastes :

Les autres sont plus rapides que moi.

Les autres vendent mieux que moi.

Les autres ont des agendas plus remplis que moi.

Les autres sont mieux que moi.

Souvenez-vous : vous ne voyez que ce que ces autres veulent bien partager. Vous ne connaissez rien de leurs difficultés ou de leurs facilités. Rien de leur expérience. Rien de leurs obstacles ou leurs tremplins dans leur vie professionnelle de freelance.

Vous vous comparez à de parfaits inconnus ! Ou à leur version, sous leur meilleur jour.

C’est injuste pour vous !

Comparez-vous avec 1 seule personne : votre vous d’hier.

C’est le meilleur moyen de surmonter le syndrome de l’imposteur quand on est freelance. En comparant 2 versions de vous, vous avez l’opportunité de :

  • prendre l’ampleur de votre chemin parcouru en tant qu’indépendant
  • de faire le point sur les leçons apprises dans votre cheminement entrepreneurial
  • vous féliciter !

Adieu l’autosabotage, bonjour la motivation et la confiance en vous !

Surmonter le syndrome de l’imposteur quand on est freelance

Comment surmonter le syndrome de l’imposteur en tant que freelance

L’important pour dépasser le syndrome de l’imposteur quand on est indépendant, c’est de renforcer sa confiance en soi en repérant les moments où vous vous sentez le plus valorisé dans votre vie professionnelle.

Quels sont les moments dans votre vie de solopreneur·e où vous n’êtes traversé·e d’aucun doute ? Vous savez que vous êtes juste. Vous êtes dans ce qu’on appelle dans l’entrepreneuriat : « votre zone de génie ».

Votre zone de génie, dans la théorie polyvagale du Dr Stephen Porges, c’est ce qui correspond à votre plus haut niveau de sécurité émotionnelle : vous êtes confiante et sûre de vous, vous ne percevez aucun danger.

Comment reproduire cette sécurité émotionnelle grâce à la théorie polyvagale et surmonter le syndrome de l’imposteur ?

En premier lieu, concentrez-vous sur ces moments où votre système nerveux autonome est stable. Cela vous permet de cultiver votre confiance en vous et de prendre conscience de vos forces.

Dans un deuxième temps, quand vous êtes dans une situation de stress où le syndrome de l’imposteur vient titiller vos peurs, vous allez apprendre à réguler votre respiration. De lentes et profondes inspirations favorisent un retour au calme. Et permettent de faire taire la petite voix négative qui crie à l’imposture !

Enfin, offrez-vous un peu de compassion. Dans la théorie polyvagale, le Dr Porges parle de l’importance de connexion sociale pour notre bien-être. Cette connexion s’étend aussi à vous-même. Le syndrome de l’imposteur, c’est la peur de la critique des autres… Mais la pire critique : c’est vous. Vous octroyer de l’empathie pour vos échecs et regarder vos accomplissements avec bienveillance vous permettra de prendre confiance en vous… et en votre capacité à développer votre activité de freelance !

Ne laissez plus le syndrome de l’imposteur parasiter le succès de votre activité indépendante ! Essayez ces quelques exercices et dites-m’en des nouvelles. Je propose également des séances disponibles pour vous accompagner à moyen et long terme et travailler ensemble pour cultiver votre confiance en vous en tant que freelance. Contactez-moi.

Suivez mes actualités

Tenez vous informés des prochains événements, ainsi de mon actu ...

Merci pour votre inscription. A très vite